Posted by: Larzizou | April 22, 2009

Halong Bay, Vietnam

Il n’y a pas grand chose à dire sur les 3000+ îles et ilots entre le ciel et l’eau qui constituent la baie d’Halong. Une image valant mille mots…

p1000960-large

Après 4h de route d’Hanoi, bientôt le départ (après une attente difficilement soutenable sous l’humidité). Toutes les embarcations se ressemblent sensiblement.

p1110285-large

Enfin presque.

p1110289-large

Ce bateau n’est pas le notre mais y ressemble fortement.

p1110296-large

Celui-ci, c’est bien le notre. Cap inconnu.

p1110300-large

Mais faut qu’on se tire vite de cette zone infestée de jumeaux.

p1000964-large

Les nuages nous menacent.

p1000970-large

Mais se dissipent vite.

p1000976-large

Sur le ponton. Ce paréo aux couleurs du drapeau brésilien, ça fait plus de six mois que je le trimballe. Le vent féroce manque de peu de me l’arracher aujourd’hui. Foutu vent.

p1110303-large

Et voilà, plus de 3000 îlots comme ça, entre lesquels on zigzag.

p1000987-large

Ou qu’on regarde de loin.

p1000990-large

Le golf tonkinois dans toute sa splendeur.

p1010010-large

Aucun corbeau n’a croisé notre route. Avec un tel épouvantail… (ok, je sors).

p1110312-large

p1010025-large

Le noir et blanc, ça reste une valeur sûre. Pour les humains comme pour les rochers.

p1110328-large

Sepia pas mal non plus. Ca donne un air tourmenté à un paysage qui ne l’était pas.

p1110330-large

Notre groupe : trois couples d’américains, un coréenne et sa fille, et Mika & moi. Génial.

p1010041-large

p1010054-large

Il y a forcément quelqu’un qui vit dans ce raffiot. Bonne chance.

p1110368-large

Si vous avez des yeux surpuissants, vous remarquerez le dobi walla Viet au milieu.

p1010077-large

And now, ladies and gents, let me introduce you to the floating house. La maison flottante. Il en faut peu pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux, faut se satisfaire du nécessaire

p1110371-large

Deux jours seulement. Au programme : kayak entre les îlots. Mika & moi prenons notre temps sommes lents, on perd le reste du groupe; avec les îlots, impossible de les localiser. Son sens de l’orientation nous sauve après 90min, dont 30min de flip.

p1010133-large

Un bateau beaucoup plus luxueux que le notre. C’est dire.

p1010163-large

Constat: mes cheveux n’ont toujours pas repoussés (10 jours après la tonte).

p1110374-large

Constat 2 : faudra arrêter les photos avec ipod.

p1110379-large

Une grotte où se sont réfugiés des Viets pendant les guerres récentes endurées.

p1010173-large

Viens petite fille dans mon comic strip.

p1010179-large

Un étrange jeu de lumière, un couloir étroit et obscur qui en ce lieu paraît irréel

p1010189-large

World Heritage Site oblige.

p1010196-large

Un rocher à la singulière forme. L’objet de nombreuses (mauvaises blagues) entre touristes. Notre guide nous le fait remarquer.

Je le vis, je rougis, je palis à sa vue, un trouble s’éleva dans mon âme éperdue

p1010202-large

Aide mnémotechnique: les stalagtites tombent, les stalagmites montent.

Là, ça coule, je suis perdu.

p1010208-large

Un peu comme les pièces qu’on jette au fond d’un puit ou d’une fontaine, mais sur un tas de boue, dans une grotte. Notre guide me sort une raison vaseuse pour justifier ces offrandes. Que je sache, on n’est pas dans un édifice religieux ou a vocation humanitaire. Elle me confirme que chaque jour, le tas repart à zéro; mais elle est incapable de me dire où va l’argent récolté chaque soir…

p1010216-large

Notre guide et moi derrière.

p1110397-large

Vandalisme. Ou dernière volonté.

p1010227-large

Pour déjeuner, on va à Pizza Hut.

p1110429-large

La croisière sur la baie d’Halong, pour la plupart, ça reste un circuit imposé.

p1010233-large

Un commerce comme un autre : vendre des paquets de Pringles à US10$ à des mecs en maillot bleu.

p1010253-large

Dur job cependant.

p1010254-large

Une variante du jeu de go, qui captive l’équipage (qui du coup nous oublie).

p1010256-large

La nuit tombe. On va pouvoir tester la médiocrité de mon compact numérique.

p1010257-large

p1110461-large

Médiocre.

p1010272-large

Pas mal.

p1110435-large

Pas trop mal.

p1010273-large

Très médiocre.

p1110454-large

Retour à la cabine pour se doucher – après avoir sauté du ponton (7-8 mètres) dans l’eau pleine de méduses – avant d’aller dîner. Je me suis pris un beau plat. Photo qui trahit nos réflexes paysans (Lonely Planet jusqu’au bout du monde) et la posture ridicule de Mika.

p1110470-large

Puis après, c’est très calme. Nuit de pleine lune. Mika et moi, sur le ponton, avec notre installation audio. Tous les autres ont regagnés leurs cabines. Limite romantique; on n’écoute pas Boys II Men, mais bon. On parle de tout et de rien, des nike air au visa, de la traversée de Koh Phan Gan (et de la follie que ça doit être right now) aux enfants qui naîtront cette nuit si propice. C’est infiniment calme, à l’exception d’un long bateau (30-40 mètres) ancré à quelques dizaines de mètres, à bord duquel on devine la célébration d’un mariage, sur fond de karaoké Vietnamien.

p1110473-large

Et le lendemain, déjà, le retour.

Je crois que j’ai seulement découvert l’expression battre pavillon il y a quelques mois. Honte à moi.

p1110382-large

Bloqués 2h avant l’arrivée de notre minivan, chaleur insupportable, on va sur internet. Quinze minutes gratuites si…on vote pour Ha Long Bay to be one of the new 7 wonders of nature. Je crois que je vote 7 fois pour Ha Long Bay.

p1110477-large

Surprenant d’ailleurs : la plupart des mots que j’aurais instinctivement écrit en un mot dans leur orthographe française (Halong, Vietnam…) s’écrivent souvent en autant de mots qu’ils comptent de syllabes dans leur transcription anglaise (Ha Long, Viet Nam…).

Notre dernier déjeuner de groupe au Viet House.

p1110479-large

Il faut bien l’admettre : le temps est pourri aujourd’hui. Et la vue du Viet House l’est également (pourrie).

p1110482-large

Notre groupe et d’autres groupes. Oui, difficile de se faire des potes… Au premier plan à droite, la fille coréenne sus-mentionnée.

p1110490-large

To be continued…

p1110495-large

Quand même, quelque mots sur l’arnaque à la Viet, la première qui nous touche et nous rend furieux : cette croisière sur la baie d’Halong nous a été vendue par une magnifique hotesse à l’hotel à côté du notre à Hanoi. Magnifique. D’une beauté désarmante, à vous faire perdre vos gardes, pourtant devenues instinctives après des mois de vadrouille en territoires hostiles. C’est également avec elle qu’on a réservé notre open bus ticket, qui nous permettra de descendre par segments les près de 2600km qui nous séparent de Saigon.

Pour en savoir plus, lire le prochain post.

NB – oui, dans un excès de paresse (dont je suis, il est vrai, coutumier), je n’ai pas eu la force de rédiger en anglais.

Advertisements

Responses

  1. t es bien meilleur en francais!!!

  2. et dis donc la guide en haut en photo, c est ac elle que tu as ta romance au vietnam? t es tres cochon tout de meme

  3. […] l’infamie des bus viets, je crois que vous avez compris suite aux 4 derniers posts (ici, ici, ici et là). Malgré ces mésaventures avec les bus An Phu, on se laisse embringuer dans leur […]


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: