Posted by: Larzizou | May 25, 2009

Nha Trang, Vietnam

Sur le sable blanc lissé, les claviers d’internet cafés…j’écris ton nom

p1110869-large

Liberté retrouvée, fini les compromis sur le restaurant, la plage ou l’hotel où on posera nos bagages. Je suis seul à nouveau. Après presque trois mois, j’avais presque oublié ce sentiment de pléni-solitude.

Dans pléni-solitude, il y a plénitude et solitude. Autrement dit, quand t’es seul à la plage, tu le ressens pleinement !

p1110870-large

C’est le regard tour à tour intrigué, suspicieux puis enfin méprisant de l’autre (toujours jeune) qui accentue ton malaise (le vieux, il ne te regarde pas ou alors sans mépris).  Catalogué direct Remy sans ami/famille.

Heureusement,  à l’abri derrière tes lunettes de soleil, perdu dans des pensées poétiques les yeux rivés vers l’horizon, tu peux faire illusion. Mais ça demande de l’entraînement. Je suis pro.

p1110872-large

A Nha Trang, la mer est très sale. Canettes, papiers, pailles, pots d’échappement… y font la ronde autour de toi. Toujours une bonne surprise quand tu refais surface après un voyage sous-marin de quelques secondes pour reprendre ta respiration.

Le niveau de dégueulasserie de la mer de Koh Phan Gan post full moon party reste tout de même très loin devant.

p1110874-large

Certains d’entre vous l’auront déjà compris, je vis pour peu de choses, dont principalement la bouffe. Ce genre de petits festins improvisés sur la plage suffit à me rendre extatique pour la journée, ou la semaine (en prévision d’autres festins à venir). Ici, t’as un assortiment de crustacés pour moins de 10 dollars.

Les règles sont invariables mais inflexibles : tout est grillé sauf le crabe, cuit à la vapeur, l’assaisonnement est réduit au citron + sel + poivre + piment dans une petite coupelle dans laquelle tu trempes lesdits crustacés. Si tu veux passer la vitesse supérieure, tu prends la grosse langouste (mais il n’y en a pas toujours) dont le prix varie avec la tête du client.

C’est divin.

p1110879-large

Samuraï, ici, c’est l’energy drink de Coca. Le même goût que le Redbull ou presque. Pourquoi j’en ai jamais vu en Europe ou aux US ? Aucune idée.

p1110883-large

Il n’en demeure pas moins qu’à Guava, où j’ai rendez vous avec Jordan & Revital (voir post précédent), et où tous les serveurs sont des serveuses de 20 ans, la bouteille de vodka locale est vendue…8dollars. Models & bottles for 8 bucks.

p1110886-large

Evidemment, je suis incognito ici, donc le nom qu’on laisse – au tipex – c’est Larzizou.

p1110887-large

Les toilettes du Guava, plutôt funky. Big up a BAPE. La suite de la soirée inclura un détour dans un autre bar, des danses cryptiques avec une adolescente russe (il y a beaucoup de russes à Nha Trang, allez savoir pourquoi) obèse sous l’oeil bienveillant de sa mère. Et la teuf sur la plage au Sailing club.

p1110891-large

Comme il s’est fait planter par ses potes qui devaient le rejoindre, Mika avance son départ de Hoi An (où il avait fini ce qu’il avait à faire, c’est à dire, des chemises sur mesure, s’embrouiller avec des viets & manger italien) pour Nha Trang et me rejoins après quelques jours.

On migre de ma chambre vers un autre hotel, avec air conditionné, tv, etc. Au programme : Catherine & Plus belle la vie, sur TV5, tous les soirs, avant de sortir. Plus belle la vie, en effet. J’en profite d’ailleurs pour pousser un gros coup de gueule contre le rédacteur du Lonely Planet Vietnam qui s’arrange pour conseiller les hotels les plus chers et miteux (dont celui dans lequel j’étais juste avant de changer).

Encore un début de soirée à Guava pour nous. Mika, un peu malade, rend au trotoir ce que son petit corps ne peut digérer.

p1110894-large

On essaie de corrompre notre moto-taxi à l’aide de mini shots (dégueu) tequila-boum et b52, achetés plus tôt à l’épicerie.

p1110896-large

Il est suspicieux…

p1110897-large

…mais l’alcool (et le tip qu’il espère pour la course) à l’amour universel nous convie.

p1110900-large

Après, pas de blackout, mais c’est très flou. Encore au Sailor club, sur la plage. Beaucoup d’alcool (le bucket avec l’entrée à 80,000 dongs, soit 3 euros), ça donne forcément ça. Des anglais rougeauds, rougis (pas par le soleil).

p1110901-large

Des gens d’un peu partout, une anglaise à la mer, une lutte à même la peau, à la Borat.

p1110902-large

Des sourires, quand même. Je crois que je mets bien 5 minutes à essayer de trouver mes Havaianas dans l’eau, à l’aide de la lumière de mon appareil photo.

p1110915-large

Des gens, alternatifs, rencontrés quelques secondes ou minutes.

p1110922-large

Ah, les voilà ! Havaianas retrouvées.

p1110936-large

Un sale type, américain, qui prétend avoir son reality TV show aux US (comme si on en avait quelque chose à faire, ici & maintenant). Evidemment, je ne lui en dis pas tout le mal que j’en pense – d’ailleurs à cette heure avanceée & avec mon alcoolémie, il y a bien longtemps que j’ai arrêté de penser.

p1110938-large

Encore des gens, bucket à la main.

p1110940-large

Mika m’avait précédé (cf. maladie, ci dessus), je le retrouve, emmitouflé dans sa toux.

p1110943-large

Chambre sans vue, mais la fenêtre devant notre chambre donne ça. Pas terrible.

p1110945-large

Nha Trang, c’est quand même un peu expérimental. De toute évidence, les poubelles ne sont pas assez grandes…

p1110947-large

Petit resto français, sans embrouille, dans lequel on s’arrête. La bourgogne, ou un nom similaire. Bien mal nous en a pris…

p1110951-large

Que serions-nous sans TV5 monde et son maître capello ?

p1110953-large

Good morning vietnam / Ciao Vietnam. L’inventivité des restaurateurs est sans borne…

p1110956-large

En théorie, Nha Trang, c’est le Saint Tropez local. Les riches et célèbres vietnamiens en sont. J’ai tenté une approche avec cette déesses, mais son copain(?)/ami(?)/mac(?) a su se montrer (trop!) présent.

p1110959-large

Un couple d’espagnols. C’est écrit sur leur visage, non ?

p1110961-large

Un français, avec le sourire du vainqueur. Pourquoi ? Parce que depuis quelques jours, lui et son pote on fait main basse sur deux Kazakhs de défilé, accostées sur la plage.

p1110963-large

Encore quelques péripéties qui se terminent dans une “pharmacie” locale à l’aube (je vous vois déjà penser : “ridicule ces private réf”; mais j’ai le droit) et déjà il faut repartir dans la moiteur pour notre dernier trajet  vietnam ien: celui qui nous mène à Saigon, aka Ho Chi Minh City (HCMC pour les intimes et têtes brûlées).

On s’assoit sur notre dernier billet An Phu, opte pour un autre opérateur. 12h de bus de jour. C’est légèrement plus confortable.

p1110964-large

Mika avec des idées pas très catholiques…qu’il ne mettra pas à exécution.

p1110968-large

En partant, je me demande pourquoi on m’avait dit que Nha Trang était dangereuse…

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: